LES AMIS DE BRAZZAVILLE

Asso_BrazzaAssociation Loi 1901 créée en 2003 par Pascal LOKO, à vocation humanitaire exclusive, dont le siège est à la mairie de Bray-en-Val dans le Loiret.
L’association est enregistrée à la préfecture du Loiret en date du 21 Mars 2003 sous le n° 1174.

L’adhésion est de 15 euros minimum par an. Vous pouvez vous définir comme membre actif, adhérent ou bienfaiteur.


Bulletin d’adhésion


Pour toute information complémentaire :

Les Amis de Brazzaville
Mairie
45460 Bray en Val

Président : Docteur Philippe MALLET
Vice présidente : Marie-Andrée NORMANDIN
Chargé du sponsoring : Pascal MOTTEREAU
Trésorière :  Véronique MOTTEREAU
Secrétaire : Annick TRANCQUART
Secrétaire adjointe : Brigitte DEDOURS
Coordinatrice de manifestations : Valérie NEYROLLES

Membre actif : Monique THION

À Brazzaville :
Chargé du suivi de programme et correspondant : Christian Ghislain LOKO

Fondateur : Pascal LOKO


Site Internet
Mail


Le mot du président

CHERS ADHÉRENTS et SYMPATHISANTS,
Merci pour votre présence à tous, votre soutien, votre fidélité et votre aide pour notre association humanitaire dont la pérennité (dix ans) est la preuve de sa bonne santé et de ses qualités de novation et d’inventivité pour la rendre attractive.
L’association est dynamique comme en atteste le bilan financier et nous permet de réaliser sur place des actions ciblées sur des réels besoins que nous développerons, chaque Euro dépensé doit être utile à assurer une bonne santé, une alimentation correcte, des conditions de vie normale, une scolarité à chaque enfant, et cette année, en plus et c’est nouveau , une scolarité et un avenir professionnel lui permettant de s’insérer dans la société congolaise, bref redonner une dignité humaine à une quarantaine de nos semblables dans un pays SOUFFRANT DU SOUS DÉVELOPPEMENT. Nous devons tous être fiers car, depuis notre aide médicale, sanitaire et alimentaire (je rappelle la chaine alimentaire), il n y a plus de mortalité infantile dans les deux orphelinats.
Cette année, nous avons innové en favorisant la micro entreprise, permettant aux Sœurs de développer la culture maraichère. La revente de fruits et légumes leur assurant un autofinancement, en leur fournissant des machines à coudre pour leur permettre de développer un commerce basé sur l’habillement, et de créer un partenariat, encore expérimental, avec nos artisans, dans le but de prendre des enfants en échec scolaire, en formation de menuiserie ou d’électricité.
Enfin, pour finir, nous avons choisi l’écologie durable en récupérant et en stockant l’eau des toits si rare en période de saison sèche et si chère au compteur.
Bref, les projets sur place ne manquent pas, et l’innovation est aussi ici à Bray avec nos deux manifestations qui font désormais déplacer un public, de plus en plus nombreux, et je pense en particulier à la bourse aux livres qui est devenu un événement qui dépasse largement le canton. La dictée d’octobre évolue et a de plus en plus d’adeptes ainsi que le vide grenier enfant pour lequel la salle des fêtes va bientôt être trop petite.
L’innovation c’est aussi un nouveau site internet qui se construit par notre secrétaire et qui, pour l’avoir vu, se voudra plus interactif avec vous tous, devenant ainsi, aussi une boite à idées. Je crains en effet que 2012 soit une année de crise difficile et que les dons…
Bref je veux faire court et redire comment je suis fier et heureux de travailler dans cette association avec en particulier tous les membres du bureau, dont la complémentarité, la convivialité, le bon esprit sont un ressort essentiel pour la vitalité et la réussite de nos projets.
Et enfin, j’ai une pensée ce soir pour deux femmes extraordinaires que nous côtoyons, je dirai même que nous avons eu la chance de rencontrer,  Sœur Marie Lourdes, depuis cinq ans avec Pascal, dix ans pour moi, et Sœur Virginie, depuis trois ans ; ces deux femmes ont la tâche lourde de guider ces soixante cinq orphelins ; et même si parfois l’une est un peu dépassée et l’autre un peu rigide, même si leur mode de vie, leur code de fonctionnement, leur projet de vie ne sont pas les nôtres ou comme nous souhaiterions qu’ils le deviennent, elles se battent à leur manière avec leurs tripes, pour la vie et même parfois la survie de soixante cinq enfants.
Leur combat est digne et nous le respectons en améliorant le coté matériel, bref, sans doute la goutte d’eau, mais qui, j’espère, fera la rivière et sans doute le fleuve CONGO.
Mère THERESA a dit : « le manque d’amour est la plus grande pauvreté ».
Je peux vous assurer, ce soir, que ces deux femmes débordent d’amour pour leur petits congolais et que cette richesse n’a pas de prix.
Merci à tous.

Dr Philippe MALET


Comments

comments

Ce contenu a été publié dans DIVERS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire