FIN DE L’AVENTURE EN QUEUE DE POISSON

Départ de Lorient - janvier 2004 avec le président Le Mentec

Départ de Lorient, janvier 2004

Les principes de jeu du « nouvel » entraîneur lorientais n’ont pas changé : vitesse des déplacements et du replacement, multiplicité des appels de balle, explosivité des attaquants en phase offensive… Pour cela, il recrute l’Ivoirien Baky Koné, qu’il a déjà eu sous ses ordres quelques mois plus tôt dans le club qatari d’Al-Gharafa Doha. Le petit (1,64 mètre) attaquant peut évoluer aussi bien en pointe que sur les côtés. Il est impressionnant de rapidité avec le ballon et s’avère être un dribbleur exceptionnel.
Patrice a fêté ses trente trois ans quelques mois plus tôt. Il comprend rapidement qu’il ne peut plus répondre pleinement aux exigences de son entraineur, les jambes et la récupération étant moins rapides qu’auparavant. Promis à un rôle de remplaçant, il ne dispute que dix rencontres lors de la phase aller du championnat, et cinq seulement comme titulaire.
Conscients que la situation n’est viable ni pour le joueur ni pour le club, le président lorientais Marcel Le Mentec et Christian Gourcuff acceptent de libérer Patrice de son contrat lors du mercato d’hiver. Il rejoint alors l’A.C. Ajaccio, en pleine opération maintien en Ligue 1.

UNE DERNIÈRE PIGE SUR L’ÎLE DE BEAUTÉ

Patrice avec le maillot de l'A.C. Ajaccio - 2004

Ajaccio

Patrice rejoint en Corse l’ailier champion du monde 1998 Bernard Diomède. Le club du président Michel Moretti (décédé en 2008), entrainé par Dominique Bijotat, lutte pour ne pas descendre en L2. Le transfuge lorientais va disputer treize rencontres en Corse, pour un but inscrit face à l’A.S. Monaco, son ultime réalisation en Ligue 1.
L’ A.C.A. termine quinzième et prolonge son bail dans l’élite au terme d’une compétition que Patrice quitte sur la pointe des pieds.

THE END ?

À 34 ans, sans contrat, et après six années assez mouvementées, Patrice prend des vacances bien méritées dans sa famille, à Vannes et se donne l’été pour réfléchir à la suite. Sans proposition satisfaisante à la sortie du mercato, il annonce mettre un terme à sa carrière de joueur professionnel en octobre 2004.
Quinze années au plus haut niveau, 352 matchs de première division pour 92 buts inscrits, un titre de champion de France et de meilleur buteur, 26 sélections en équipe nationale et une phase finale de championnat d’Europe, des dizaines de matchs européens, la Coupe des Coupes en 1996, plusieurs coupes nationales… Patrice laisse l’image d’un footballeur doué, collectif et courageux, doté d’un état d’esprit irréprochable. Il laisse aussi ce moment de grâce infinie, où le temps semble suspendu et qui vous marque à jamais. C’était le 19 août 1994, au stade de la Beaujoire à Nantes. Combien de joueurs peuvent se prévaloir d’un tel palmarès et d’une telle trajectoire ?

Un jeune retraité sur le port de Vannes - 2010

Patrice à Vannes, 2010

Depuis, Patrice s’est reconverti dans les relations publiques. Avec son frère William, il a créé en 2007 la société d’évènementiel sportif « Loko Sport Évènements ». Il se consacre aussi beaucoup aux siens, après toutes ses années d’itinérance aux six coins du pays.
Mais le ballon rond n’est jamais très loin. Joueur du Club des Anciens Internationaux (le C.I.F.), il a passé plusieurs degrés d’entraineurs qui lui permettent aujourd’hui de coacher un club à l’échelon National. Il a effectué également des missions de détections de jeunes pour la Ligue Atlantique de Football.
Toujours très marqué par ce qu’il a appris auprès des excellents techniciens français qui ont jalonné son parcours de joueur (Gaspéroni, Laurent, Denoueix, Gasset, Gourcuff, Perrin et surtout Suaudeau), l’envie de transmettre ce savoir et son expérience lui trotte dans un coin de la tête.
Il n’est pas dit qu’on ne reverra pas un jour cette silhouette inimitable au bord d’un grand rectangle vert.

PPDF

PARTAGEZ
Ce contenu a été publié dans BIOGRAPHIE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.